Vaccinations chez les patients atteints de MICI

Télécharger au format PDF

(4 Septembre 2017) par Vered Abitbol

Principes généraux

  • La prévention des risques infectieux par la vaccination doit être envisagée dès le diagnostic de MICI.
  • L'histoire des vaccinations doit être reconstituée par l'interrogatoire et le carnet de vaccination.
  • Un contrôle du statut sérologique pour le virus de l’hépatite B (VHB) est souhaitable ainsi que pour varicella-zona virus (VZV) en l'absence de varicelle documentée.
  • Les vaccins vivants sont contre-indiqués chez les sujets recevant un immunosuppresseur, une biothérapie et/ou corticothérapie (> 20mg/j d’équivalent prednisone depuis plus de 2 semaines).

Il est recommandé de :

  • Pratiquer les rappels prévus par le calendrier vaccinal http://www.sante.gouv.fr/calendrier-vaccinal.html
  • Respecter les vaccinations obligatoires selon les professions
  • Vacciner contre le VHB les patients non immunisés et à risque (sujets prioritaires définis dans le contexte actuel de problèmes d’approvisionnement)
  • Vacciner contre le VZV les patients non immunisés
  • Respecter l’obligation de vacciner contre la fièvre jaune les patients séjournant ou devant séjourner en zone d’endémie
  • Vacciner contre l'HPV les jeunes filles et femmes (<19 ans) et les hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes (< 26 ans).

En plus de ces recommandations générales, il est recommandé de vacciner les patients immunodéprimés contre :

  • La grippe saisonnière : tous les ans
  • Le pneumocoque selon le schéma suivant (calendrier 2017) :
    • absence de vaccination antérieure : une dose de vaccin conjugué 13-valent (VPC13) suivie au moins 8 semaines plus tard d’une dose de vaccin polyosidique 23-valent (VPP23)
    • vaccination antérieure seulement par VPP23 > 1an : une dose de VPC13 puis refaire VPP23 au moins 5 ans après la dose précédente de VPP23
    • vaccination par la séquence VPC13 - VPP23 : rappel par VPP23 après 5 ans

Mise en œuvre pratique des vaccinations

  • Les vaccinations entrent dans le cadre de l’ALD.
  • En l'absence de traitement immunosuppresseur : les consignes de vaccination et les schémas vaccinaux habituels s'appliquent.
  • Doivent être considérés comme immunodéprimés les patients traités par :*
    • corticoïdes systémiques à plus de 20 mg d’équivalent prednisolone par jour depuis plus de 2 semaines,
    • azathioprine, mercaptopurine, 6-thioguanine,
    • méthotrexate,
    • ciclosporine, mycophénolate mofétil, tacrolimus,
    • anti-TNF alpha (infliximab, adalimumab, certolizumab et golimumab),
    • autres traitements biologiques (vedolizumab, ustekinumab, tofacitinib..)
  • En cas d'immunosuppression :
    • le risque de survenue de maladie vaccinale après vaccination par vaccins vivants contre-indique l’utilisation des vaccins vivants*
    • les vaccins inactivés ou recombinants sont autorisés**
    • en raison d’une possible moins bonne réponse vaccinale, des schémas vaccinaux renforcés peuvent être proposés

*Principaux vaccins vivants atténués contre-indiqués en cas d'immunosuppression :

  • CG
  • ROR
  • Rotavirus
  • Varicelle et zona
  • Fièvre jaune
  • Polio orale
  • Grippe (par voie nasale uniquement)

**Principaux vaccins inactivés ou recombinants autorisés : diphtérie, tétanos, polio sous cutané, coqueluche, fièvre typhoïde, méningocoque A et C, pneumocoque, haemophilus, leptospirose, grippe par voie injectable, HPV, VHB, VHA.

Si la vaccination par un vaccin vivant est envisagée, il faut appliquer les 2 consignes suivantes :

  • Un délai de 3 semaines doit être respecté entre la fin de la vaccination et la mise en route de l'immunosuppresseur
  • Un délai de 3 mois doit être respecté entre l'arrêt des immunosuppresseurs et la vaccination par un vaccin vivant

Documents ressources

 


Fiche n° :
Intitulé : Les vaccinations
Rédacteur Guillaume Savoye
Relecteurs Laurent Beaugerie (GETAID), Driffa Moussata (GETAID)
Première version : 10 Septembre 2014
Mise à jour : Septembre 2017 par Vered Abitbol